A la une
Guadeloupe
Aéroport Guadeloupe Pole Caraïbe

L’aéroport de Guadeloupe Pôle Caraïbes a été mis en service en 1965 à l’époque il s’appelait aéroport de Pointe-à-Pitre Le Raizet. Face à l’augmentation du trafic une nouvelle aérogare a été inaugurée en 1996 et accueille l’ensemble des liaisons passagers de l’aéroport.

739 MIAMI AIR PTP TAKEOFF

L’aéroport en chiffres

1 Aérogare internationale de 28 000 m²
Capacité de 2.5 millions de passagers/an
11 570 m² de surfaces commerciales (5 restaurants et bars 32 commerces et services)
56 banques d’enregistrement
1 hall croisière

1 Aérogare régionale 5000m² (en construction)

1 Tour de contrôle flambant neuve de 45m

1958 places de parking

1 parc d’activité (en construction)

Aire de stationnement : 80000 m2
8 parkings avion gros porteurs dont 5 avec passerelles ( 2 doubles passerelles)
13 parkings avions petits porteurs

Fret
1 aérogare fret de 3600m²
2 parkings avions gros porteurs 180 places de parking véhicules

2 hangars de maintenance ( l’un pour ATR , l’autre pour A320 ou ERJ145)

Piste : 3500 m x 45 m
Orientation : 12/30
Nature du revêtement : béton
Aides à l’atterissage : ILS Cat I
I Balisages lumineux : HI/BI, PAPI, VASIS, Feux à éclats

Total d’emplois : estimé à 500

Sièges sociaux de compagnies :
Air Caraibes
Air Antilles Express
Compagnie Aérienne Inter-Régionale Express (CAIRE)

Site officiel de l’aéroport

Approche TX542

 

Architecture de l’aérogare

L’aérogare internationale fait partie des bâtiments les plus remarquables de Guadeloupe. Il représente les ailes du papillon lequel représente symboliquement la forme de la Guadeloupe. Il a été dessiné par Paul Andreu, l’architecte d’Aéroports de Paris et a servi de référence pour la construction d’aérogare à travers le monde. Un viaduc routier en courbe dessert l’aérogare.
Les départs se font à l’étage les arrivées au rez-de-chaussée entre les deux une mezzanine accueille des services. Le bâtiment possède de nombreuses ouvertures établissant un jeu de lumière variant selon le moment de la journée.

Maquette de l’aérogare

Vacances

 

Transition administrative

 

L’aéroport se prépare à un changement de statut, actuellement la CCI des Iles de Guadeloupe exploite l’aéroport. Comme les autres aéroports français dont celui de la Martinique (Samac) toute proche, l’aéroport devrait en 2015 être géré par une société anonyme (avec des actionnaires privé et public comme l’Etat et la CCI). Un changement qui n’a pas encore été fait (dérogation), celui-ci étant complexe en termes de gestion financière et technique.

 

Enjeux

 

Une aérogare régionale

Une aérogare régionale de 20.5 millions d’euros est en cours de construction, elle sera le prolongement oriental de l’aérogare internationale. La réalisation de cette aérogare permettra d’améliorer la gestion des flux de passagers, améliorer la qualité de l’accueil faciliter les correspondances entre les vols transatlantiques, transrégionaux et transcaribéens. Il s’agit d’un argument pour positionner l’aéroport comme hub caribéen. L’archipel bénéficiant d’une position centrale dans l’arc antillais. De nouvelles compagnies auraient manifesté un intérêt.
La livraison de l’aérogare est attendue au milieu de l’année 2014. Le parking de l’aéroport sera agrandi avec la nouvelle aérogare

Images de synthèses (Pixym)

Pole Caraibes Pub

 

 

Enjeux territoriaux

La Région Guadeloupe dans son programme européen à l’horizon 2020 a soumis comme projet d’améliorer les infrastructures de transports aérien et terrestre avec une modernisation de l’aéroport. Le but étant de favoriser l’attractivité de la Guadeloupe avec des facilités dans le secteur du tourisme.
Il y a une affirmation de renforcer l’ouverture de la Guadeloupe, la positionner comme hub, en faire une grande destination touristique, positionner l’archipel dans les échanges économiques. L’aéroport doit être la porte d’entrée de la Guadeloupe:
-le nombre de destinations desservies doit augmenter pour affirmer la position centrale de la Guadeloupe dans la Caraïbes
-trouver une alternative aux traditionnelles liaisons avec la France hexagonale
-conforter le rôle de Pointe-à-Pitre comme métropole régionale.
Cette ambition de l’aéroport on la retrouve aussi au port Guadeloupe Port Caraïbes, c’est donc l’ensemble des acteurs du transport qui adhère à la politique de plus en plus extravertie de la Guadeloupe.

La Guadeloupe pourrait y gagner quoi ?

Plus y a de flux de passagers, plus l’aéroport a des recettes lesquelles peuvent être réinvesties sur celui-ci. La Région Guadeloupe aussi peut en tirer des bénéfices et réinvestir à son tour sur l’archipel dans les équipements, la culture ou encore l’économie. L’économie justement peut en bénéficier indirectement (tourisme, création d’emplois). La position de hub si elle s’affirme peut attirer des entreprises générer des emplois, faire baisser le coût des billets d’avion … affirmer la centralité guadeloupéenne comme lieu d’échanges. Enfin l’image de l’archipel est aussi un enjeu, les infrastructures de transports de qualité renvoient à un dynamisme économique parfait pour un marketing territorial.

Autres perspectives

- La Guadeloupe est positionnée en tête de ligne des paquebots de croisière des compagnies telles que Costa (Italie) et MSC (Italie). Ce statut a un impact plus fort dans l’économie locale que la simple escale d’un paquebot. L’industrie locale « alimente » les bateaux. L’aéroport en tire parti puisqu’il y transit des passagers en provenance d’Europe, occasionnellement on peut y voir des compagnies relativement rares venir à Pole-Caraïbes tel qu’Air Berlin ou Alitalia.

A330 ALITALIA PTP

Karibik

 

 

Des limites existent aussi …

On ne va pas ressortir le mot « crise » mais force est de constater que le marché caribéen est étroit, quasiment saturé, les compagnies fragiles, il est difficile d’ouvrir de nouvelles liaisons. L’aérogare régionale en tant que structure n’aura pas de réelle incidence seule. Elle est surtout LA réponse et LA stratégie guadeloupéenne face à un trafic aérien qui a tendance à battre de l’aile dans la Caraïbes (Les vols sont surtaxés, trop chers, le marché est découpé par les micro-territoires empêchant une harmonisation dans la politique des visas, les petites compagnies sont fragiles, les différences économiques limitent le nombre de passagers etc…).

Remarque: Un projet visant à développer le fret a été abandonné à cause du contexte économique.

Bienvenue à Pôle Caraïbes.

Pole Caraibes Guadeloupe
En 2013, 2 millions de personnes sont passées par Pole Caraïbes 

 

Aviation dans l’archipel

 

La Guadeloupe étant un archipel possède un aéroport international mais aussi 4 aérodromes participant à la continuité territoriale et au tourisme.
Ces aérodromes sont localisés à Marie-Galante, Saint-François, Baillif et Terre-de-Haut.
Ils devraient être requalifiés et un héliport pourrait peut-être être implanté au nord de Basse-Terre la capitale. Un aérodrome dans le Nord Grande-Terre pourrait être envisagé pour assurer une égalité territoriale en termes d’équipement. Mais les autorités ont aussi conscience des règles juridiques et environnementales. Ainsi le site de la Grande Vigie possède un statut environnemental encadré d’un point de vue législatif, pouvant empêcher toute implantation trop à proximité du site. Des études sont aussi réalisées pour estimer l’impact du bruit, notamment pour éviter de susciter une gêne trop importante pour les riverains.
Les perspectives de ces aérodromes restent pas moins ambiguës, il a été envisagé de fermer celui de Saint-François, et les îles du Sud ne sont pas desservies depuis la Guadeloupe continentale par les airs, renforçant de fait leur enclavement et leur situation de double insularité. Il y a le souhait d’établir aussi une liaison directe vers la Martinique.

 

Urbanisme autour de l’aéroport

 

Corsair 926. Paris-Orly -> Pointe-à-Pitre. [F-HBIL]

Comme tout aéroport, Pole Caraïbes s’inscrit dans un environnement

Guadeloupe
Schéma représentant les idées d’aménagement autour de l’aéroport ( hôpital et  tramway notamment …)
Sources : Région Guadeloupe DEAL DIREN

Au nord à quelques centaines de mètres de l’aérogare internationale. Le parc d’activité Guadeloupe Pole Caraïbes porté par la Semsamar (St-Martin) est en construction. Il s’agira d’un espace d’immeubles futuristes (HQE) de 10 000m² dédié aux activités commerciale et aux affaires.
Si le lien direct avec l’aéroport n’est pas officiel (sommes-nous sur le terrain de l’aéroport ? bénéficiera-t-il de retombées ?) les entreprises qui s’y installeront bénéficieront fortement des externalités de l’aéroport tout proche … bien que la proximité de l’aéroport reste très relative à l’échelle de la Guadeloupe. Néanmoins, des millions de personnes passeront près de cette zone chaque année. S’installer dans ce parc d’activité c’est bénéficier d’une vitrine.
Le parc d’activités est dans le concept proche de celui de la Jaille à Baie-Mahault. Sa première li-vraison devrait se faire au second semestre 2014.
Deux hôtels d’affaires sont prévus (Campanile et Première Classe) soit une centaine de chambres qui vont diversifier l’offre hôtelière guadeloupéenne.

Parc d'activité
Crédit : Semsamar

Ce parc d’activité sera localisé à proximité immédiate du futur second poumon économique de la Guadeloupe, la Providence. Il s’agit d’un grand parc d’activité avec des entreprises innovantes, un centre de vie (commerces cinéma), un parc d’activité, le nouveau rectorat, un pôle sanitaire avec un nouveau CHU …
Le nouveau CHU en projet sera un des principaux établissements de la Caraïbes et génèrera des flux de « touristes » sanitaires caribéens, qui viendront recevoir des soins en Guadeloupe.

La communauté d’agglomération de Pointe-à-Pitre (Cap Excellence) envisage d’équiper l’agglomération d’un réseau de tramway (2019-2020) qui passera par la zone de la Providence. Il ne desservira donc pas l’aéroport néanmoins on pourrait supposer qu’une navette pourrait relier l’aéroport au réseau tramway.

Remarque : Document d’ analyse sur l’amélioration de la desserte de l’aéroport et de la ZAC Providence

Schéma d’illustration de la situation de l’aérogare par rapport au tracé (grossier) du tramway:

tramway

 

Au sud, l’ancien terminal et les installations désaffectées autour de la tour de contrôle vont être reconverties en zone franche urbaine (ZFU) avec des activités à vocation aéronautique, accompagnées d’activités tertiaires et commerciales appelé:  Aéropole.
Les quartiers voisins essentiellement constitués de logements sociaux vont être quant eux rénovés dans le cadre de la Ruzab.

aeropole
Cet article fait partie du Portail Transports Aériens

Spothlight sur les photos de jeunes passionnés d’aviation en Guadeloupe.

Lino Spotting
Melvine Spot
Hira Jerome
CS Photography
Maxime Spot (Saint-Martin)

Site Internet : Antilles Spotting